Vigneux Moto Evasion
- La Bulgarie
-

- Du vendredi 08 au jeudi 28 mai 2009 -


- La BULGARIE en moto via la Suisse, l'Italie, la Slovanie, la Croatie, la Bosnie, le Monténégro, l'Albanie et la Macédoine

et retour par

la Serbie, la Croatie, la Slovénie et l'Italie -


- Page 15 -

- Cliquez sur la photo de votre choix pour l'agrandir -

- Jeudi 21 mai 2009 -

- Bulgarie Visite de Sofia -
- Soleil toute la journée (> 26°) -

Cliquez pour agrandirCe matin, après un petit déjeuner pour le moins insipide, nous quittons l'hôtel à pied pour plonger gaillardement dans le brouhaha de la grande ville. Trop gaillardement sans doute pour Catherine qui, à peine franchi le seuil , manque de perdre l'équilibre en raison de l'état pour le moins surprenant du trottoir (voir photo). Au résultat, en se contractant pour ne pas chuter, elle endurera pendant quelques jours une vive douleur au dos. Un comble alors qu'elle vient de parcourir sans problème quelques milliers de kilomètres en moto !
Nous constaterons cependant tout au long de la journée qu'une partie de la voirie de Sofia est - malheureusement - à l'image du réseau routier national... en très mauvais état.
Mais "haut les cœurs", il est temps - sous le soleil - de nous fondre parmi les nombreux Sofiotes des deux sexes qui s'agitent déjà dans les rues de la capitale... et de partir à la découverte de quelques uns de ses monuments et curiosités.

Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir

En remontant le boulevard Maria-Luisa vers les galeries marchandes du magasin CUM (ancien magasin d'Etat), nous remarquons que le tramway est un moyen de transport très prisé. De couleur orange, il se déplace à grand fracas au milieu de la chaussée où le conducteur déverse et embarque - imperturbable - ses passagers. Ce qui semble ne gêner en rien les automobilistes qui le talonnent et qui s'arrêtent - stoïques - à chaque descente de voyageurs..
Après avoir admiré la façade de la synagogue de Sofia et son dôme de 30 mètres de hauteur, nous pénétrons dans l'austère mais magnifique église Sainte-Sophie - patronne de la ville de Sofia - où nous assistons pour la deuxième fois à la célébration d'un baptême orthodoxe.

Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir

En quittant Sainte-Sophie, nous remarquons un superbe "roi des animaux" en pierre. Symbole de la Bulgarie, il semble veiller sur le monument du soldat inconnu qui se trouve à proximité. Nous dirigeant ensuite vers la place Alexandre Nevski, nous admirons - plantée en son centre - la majestueuse et colorée cathédrale orthodoxe... Alexandre Nevski, du nom du célèbre militaire russe qui vécut au 13ème siècle et qui sera canonisé quelques siècles plus tard.
Construite au début du siècle dernier grâce à une souscription publique, "La cathédrale patriarcale de Saint Alexandre Nevski est un temple monument érigé par le peuple entier de la Bulgarie en l’honneur des milliers de guerriers russes, bulgares, ukrainiens, moldaves, finnois et roumains morts lors des années 1877-1878 pour la libération de la Bulgarie du joug ottoman " (voir photo). Ouverte en 1924, elle peut accueillir plus de 6000 personnes (85 % des Bulgares sont des chrétiens orthodoxes). C'est un des monuments les plus célèbres de Sofia.

Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir

Retrouvant la place Alexandre Nevski nous assistons à une manifestation pacifique de "seniors" bulgares dont nous n'arrivons pas à saisir le motif. Ah, la barrière de la langue !
Nous décidons ensuite de continuer notre visite de la capitale à bord du "City-Bus" stationnant à proximité. Nous en sortirons particulièrement déçus. Et pour au moins deux raisons. Tout d'abord, contrairement aux villes de Porto et Dublin déjà visitées avec ce mode de transport, aucun commentaire en français n'est disponible. Une fois de plus, pas l'top pour comprendre ! Et ensuite, le circuit emprunte un itinéraire tellement restreint que l'on a l'impression d'avoir fini avant d'avoir commencé.
Nous en retiendrons cependant l'imposante statue équestre haute de 14 mètres du Tsar libérateur Alexandre II ainsi que l'église Rotonde Saint-Georges datant du 4ème siècle. Construite en brique rouge comme l'église Sainte Sophie mais inacessible lors de notre passage car empêtrée milieu d'une multitude de travaux et d'embarras de circulation, elle figure parmi les plus anciens sanctuaires sofiotes.

Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Sous le soleil toujours éclatant, nous découvrons - à proximité de la cathédrale Alexandre Nevski - un drôle de marché aux Puces où se côtoient icônes, matriochkas et - comme à Nessebar - objets souvenirs estampillés... nazi ! A proximité, dans l'agréable jardin municipal de Sofia aux statues parfois "tourmentées ", nous croiserons joueurs d’échecs, promeneurs et musiciens qui, au milieu d'une verdure reposante, semblent cohabiter sans heurts apparents.
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Après un passage devant le palais présidentiel où flotte en cœur drapeaux bulgare et européen, nous sortirons du centre ville pour arpenter les rues avoisinantes. A proximité de l'Opéra National de Sofia, nous croiserons une imposante statue représentant Aleksandar Stamboliyski, premier Ministre de 1919 à 1923. Egalement fondateur et chef de rang du Parti National Bulgare des Paysans, il promettra à ces derniers un partage des terres accompagné d'un nouvel essor des petits villages. Redoutant une révolte des paysans, il sera finalement démis de ses fonctions, torturé, assassiné et finalement découpé en plusieurs morceaux par ses tortionnaires. Belle époque !
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir

Retour page 14     Retour sommaire      Suite page 16

Retour Accueil -  Contact - Livre d'or

© Nibul 2009