Vigneux Moto Evasion
- La Corse 2-

- Avril 2010 -


- Page 02 -

- Cliquez sur la photo de votre choix pour l'agrandir -

- Vendredi 16 et samedi 17 avril 2010 -

- Pietranera/Bastia/Piedicroce/Rapaggio/La Porta/Ponte-Leccia/Volpajola/Pietranera -

Pour notre second périple en terre corse, le départ fut difficile - voire impossible - pour certains d'entre nous. Pour commencer, ayant tardé pour réserver à des prix avantageux un transport par train de nuit comme en 2008, André, Daniel, Jacky, Jean-Luc, Jean-Pierre, Philippe, Nelson, Tony et Jocelyne choisiront de prendre la route le vendredi à l'aurore, avec une halte pour la nuit au gîte "Le Mas du Sillot" à Grillon dans le Vaucluse. Ils y seront rejoints - fort tard et après quelques difficultés topographiques - par José et Graça partis quant à eux de Vigneux-sur-Seine le vendredi dans l'après-midi.
Ensuite, en raison de leur souhait de faire ce deuxième périple Corse chacun sur leur Honda Shadow 125, Alain et Catherine seront les seuls à garder l'option train de nuit avec arrivée à Nice le samedi matin. Mais, en raison de la grève SNCF persistante, ils se verront contraints de partir par la route en BMW 1200 RT le vendredi dans la matinée, avec un arrêt pour la nuit dans un hôtel de Cliousclat dans la Drôme.
Enfin, avec la paralysie du trafic aérien suite à l’éruption du volcan Islandais Eyjafjöllles (difficile à prononcer... en plus !) et à la "balade" sans frontières de son nuage de cendres, les plus pénalisés seront sans conteste John l'Irlandais et sa fille Karly que ....nous ne verrons jamais, ainsi qu'à un degré moindre, François et Jeanine. En effet, si ces derniers avaient prévu un aller-retour en avion sur Bastia avec location sur place d'une voiture et d'une moto pour François, les aéroports bloqués et la SNCF toujours débordée par la grève les obligeront à descendre à Marseille avec leur véhicule pour une traversée vers Bastia, "ne perdant" au final qu'une journée sur le programme prévu.

Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir

- Samedi 17 - 14h00 - Port de Nice -

Ouf. Malgré toutes ces vicissitudes, le groupe est au complet pour un départ à 15h00, rejoint entre temps par Robert et Josiane (NDLR: de Plaisance-du-Touch), Mickaël et Sandra et enfin Odile et Josiane venues de Vigneux-sur-Seine en TGV malgré les problèmes de grève SNCF toujours en cours.

Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Si l'embarquement à bord du ferry Mega SMERALDA de la compagnie Corsica Ferries ne nous posera pas de problème particulier, il en sera autrement en cale au moment d'immobiliser les motos. En effet, malgré nos demandes réitérées, les membres présents de l'équipage Italien ne nous fourniront - bizarremment - jamais de sangle, nous indiquant seulement de faire reposer les motos sur leur béquille latérale. Un peu irrité par cette attitude - et le mot est faible - chacun jouera alors de l'art de la débrouille en fouillant dans ses sacoches et top case à la recherche d'un lien quelconque pouvant convenir à entraver nos chères - dans tous les sens du terme - montures pour qu'elles ne souffrent pas pendant la traversée.
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Servie par une mer calme, la traversée s'effectuera au gré des envies de chacun: discussion, sieste, tête à tête avec son mal de mer, dégustation d'une bonne bière au bar, diner à bord.... pour finalement se terminer à 21h30, heure d'arrivée à Bastia et des retrouvailles avec nos motos... intactes. Il ne nous restera plus qu'à faire quelques kilomètres pour rejoindre Pietranera et l'hôtel Cyrnéa pour une première nuit de sommeil bien méritée sur l'Ile de Beauté.
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir

Retour page 01        Retour sommaire      Suite page 03

Retour Accueil -  Contact - Livre d'or

© Nibul 2010