Vigneux Moto Evasion
- La Corse 2-

- Avril 2010 -


- Page 09 -

- Cliquez sur la photo de votre choix pour l'agrandir -

- Samedi 24 avril 2010 -

- Galéria/Ile Rousse/Casta/Saint-Florent/Bastia/Volpajola -

Cliquez pour agrandirCe matin tout le monde a bouclé ses valises pour un départ de Galéria. Et de la Corse. Enfin, presque tous. En effet, si André et Josiane ainsi que Mickaël et Sandra ne partiront que demain après-midi pour naviguer de l'Ile Rousse à Nice, Alain et Catherine s'apprêtent quand à eux à prendre la direction de Calvi pour un retour obligé et plus rapide par la voie des airs. En ce qui les concerne, et pour en terminer avec les départs de l'île de Beauté, Jean-Luc, José et Graça, Robert et Josiane quitteront le soir même le restant du groupe à Bastia pour une traversée nocturne vers Toulon et un retour motorisé le lendemain matin vers leurs terres respectives. Mais nous y reviendrons. En attendant ces départs programmés, chargement et petites réparations se terminent pour faire place à un essai motocycliste - statique - de Janine et aux dernières prises de vue photos sous un ciel plus clément que la veille.

Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir                              Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir

De notre passage à l'Ile Rousse, nous retiendrons particulièrement notre rencontre avec un possesseur de BMA aperçu dés notre arrivée circulant dans les rues de la ville. Cet acronyme se traduisant par "Bicyclettes à Moteur Auxiliaire" et que le législateur définissait en 1925 comme un véhicule non immatriculé de 100 cc maximum se conduisant sans permis, ne pesant pas plus de 30 kg (sans accessoires), doté de pédales et ne roulant pas à plus de 30km/h.
Définition parfaitement adapté à ce BMA Monet & Goyon en état de marche dont le propriétaire - aussi ancien que sa "bécane" ! - nous précisera qu'elle date de 1927 et qu'elle est propulsée par un moteur deux temps anglais de marque Villiers. Intarissable sur le sujet, il nous déclarera qu'elle ne roulait plus depuis 25 ans et qu'il avait récemment refusé de la vendre à un collectionneur de Bastia qui lui en offrait 6000€. Pour finir, cet heureux propriétaire d'une "BMA" nous fera profiter du son d'un autre temps en effectuant devant nous un tour de piste... à petite vitesse bien sûr.

Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir

Après un bon repas, direction Saint-Florent par le massif des Agriates autrefois surnommés "le grenier à blé de Gênes". Abandonné par l'homme, il ne reste plus aujourd'hui de cet éden verdoyant que rochers et maquis, devenus a contrario véritable paradis pour la flore méditerranéenne (arbousiers, bruyères, myrtes, cistes, lentisques, chênes verts, pins maritimes, oliviers…). Massif ouvert sur la mer sur plus de 35km, qui pourrait imaginer quand il regarde le film "Le jour le plus long" que la séquence du débarquement d'Omaha Beach a été tournée en 1962 sur la plage de Saleccia à 15km au nord-ouest de Saint-Florent !

Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Niché au fond d'un superbe golfe dont elle porte le nom, la ville de Saint-Florent nous accueille pour une partie de l'après-midi. Ancienne cité génoise à la citadelle classée monument historique, elle est aujourd'hui cité balnéaire et parfois surnommée "Le petit Saint-Tropez de la Corse" en raison des luxueux bateaux venant mouiller dans son port de plaisance. Nous prendrons plaisir à y flâner avant de prendre la route de Bastia.
Cliquez pour agrandir       Cliquez pour agrandir        Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Port de Bastia. Après un dîner au restaurant "Le Claudius", l'heure de l'embarquement approche pour Jean-Luc, José, Graça, Robert et Josiane. Il leur faudra cependant patienter jusqu'à 01h00 du matin - au lieu de 23h00 la veille - pour prendre enfin le cap en direction de Toulon. Heure à laquelle Daniel, François et Josiane, Jean-Pierre de Vigneux, Jean-Pierre de Brando, Nelson, Philippe, Jacky et Odile, Tony et Jocelyne ont depuis longtemps rejoint Volpajola car pour eux le séjour continue encore pour quelques jours. Profitez en bien et à bientôt de se revoir sur nos terres essonniennes.
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir

- Fin -
Retour page 08        Retour sommaire

Retour Accueil -  Contact - Livre d'or