Vigneux Moto Evasion

- L'Espagne -

- Du samedi 20 août au jeudi 08 septembre 2011 -


- Page 03 -

- Cliquez sur la photo de votre choix pour l'agrandir -

- Lundi 22 août 2011 -

- France Estérençuby - Saint-Jean Pied de Port - Drapeau Espagnol Valcarlos -
Pamplune - Estella - Navarette - Burgos -
Température maxi : 22°

     Cliquez pour agrandir  
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir

Cliquez pour agrandirCe matin, quelques kilomètres après avoir quitté le calme et la quiètude de "L'Auberge du Berger", nous entrons en Espagne par l'ancien poste frontière de Valcarlos. Ce choix d'itinéraire a été préféré à celui d'Irun afin d'exclure de notre périple toute la côte atlantique déjà visitée lors de notre escapade portugaise en 2008 et d'échapper aussi au peu d'attrait à circuler sur la RN10.
Et nous ne le regretterons pas en enchaînant à travers la forêt pyrénéenne virages et lacets jusqu'au col de Roncevaux (Puerto de Ibañeta en espagnol); endroit où notre livre d'histoire nous a rapporté que le 15 août 778 l'arrière-garde de l'armée de Charlemagne, dirigée par Roland son neveu (NDLR: Connu également en Croatie à Dubrovnik !), fut victime d'une embuscade meurtrière tendue par les Vascons (Basques), faisant ainsi entrer dans la légende Roland, son olifant, son épée Durandal et sa chanson. Et pour en terminer avec cette page d'histoire, en faisant halte à "La collégiale de Roncevaux" - point d'accueil des pèlerins du chemin de Saint-Jacques -, nous y découvrirons "Le mémorial de Roland", rocher de granit orné de bas-reliefs en bronze relatant l'exploit de ce célèbre neveu.

Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Souhaitant ne pas emprunter - sauf nécessité - autoroutes et voies rapides, nous les avons bannies de nos GPS pour circuler - dixit Tony - au cœur de l'Espagne profonde ! Et nous ne le regretterons jamais tout au long de notre voyage dans cette partie de la péninsule ibérique.
Dans l'immédiat, et alors que s'éloignent déjà
derrière nous les 450 km de l'immense barrière naturelle que forme la chaîne de montagnes pyrénéennes entre l'Atlantique et la Méditerranée, nous relierons Burgos - notre étape du soir - par des routes à l'asphalte parfait et serpentant agréablement dans un paysage fait de petits villages, de champs de culture et de vignobles attendant les prochaines vendanges. Un régal pour motards en goguette... et les nombreux pèlerins en vélo faisant route vers Saint-Jacques-de-Compostelle.
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Fin d'après-midi. Hôtel "Abadia Camino Santiago" de Burgos (communauté autonome de Castille-et-León). Motos stationnées dans le garage et bagages déposés, revêtus de notre tenue de touristes, nous rejoignons le centre ville en taxi pour une visite de ses principaux monuments et en particulier la cathédrale Sainte-Marie. De style gothique, construite à partir de 1221 et achevée au XVème siècle, troisième d'Espagne par ses dimensions après Séville et Tolède, classée - comme beaucoup de sites espagnols ainsi que nous le verrons par la suite - au patrimoine mondial de l'UNESCO, elle mérite le titre de joyau par la finesse et l'élégance de ses flèches et la richesse de son intérieur. Sans conteste la plus belle de toutes celles que nous visiterons ultérieurement, même si l'on peut regretter qu'elle soit aujourd'hui "ceinturée" par diverses constructions. Ce que nous constaterons du haut de la colline où se trouvent les ruines du château et un superbe point de vue sur la ville et... la cathédrale.
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Avant un dîner au pied de la cathédrale, nous prendrons le temps de longer la rivière Arlanzon - qui divise la ville en deux parties - et d'admirer au centre de la Plaza Mio Cid, la statue de Rodrigo Díaz de Vivar (1040-1099), surnommé, après ses nombreux exploits guerriers, "El Cid Campeador" (Le Seigneur Courageux). Entré dans la légende grâce à de nombreux poètes et auteurs - dont Corneille - il sera enterré avec son épouse Chimène au cœur de la cathédrale de Burgos où leur tombeau fait encore l’objet d’une véritable dévotion.
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir

Retour page 02     Retour sommaire      Suite page 04

Retour Accueil -  Contact - Livre d'or

© Nibul 2011