Vigneux Moto Evasion
- L'Est Américain
-

- Du lundi 13 juillet au mercredi 29 juillet 2015 -


- Page 07 -

- Cliquez sur la photo de votre choix pour l'agrandir -

- Dimanche 19juillet 2015 -

- Mount Morris - Greigsville - Basom - Sanborn - Niagara falls (Canada) -
Sanborn - Basom - Greigsville - Mount Morris (Etat de New York) -

270 km - Température maxi: 30°

Cliquez pour agrandirLa prévision était bonne, le beau temps est au rendez-vous. Une aubaine dont il nous faut profiter sans modération car aujourd'hui nous faisons route vers les célèbres chutes du Niagara. Chutes qui, avouons le, ont en partie motivé notre deuxième périple au pays de l'oncle Sam..
Situées sur la rivière Niagara - qui s'étire sur 55 km du lac Érié au lac Ontario - elles sont composées de trois chutes d’eau partagées par les villes jumelles de Niagara Falls aux États-Unis (état de New-York) et Niagara Falls au Canada (province de l'Ontario). C'est dans cette dernière que notre guide Jean-Pierre, accompagné d'Anne dont le mari (JP) toujours souffrant a préféré se reposer à l'hôtel, va nous conduire aujourd'hui en raison d'un meilleur point de vue... mais avec la moto de JP toujours à l'arrière de sa camionnette. Ce qui ne sera pas sans conséquences sur le chemin du retour... Un grand moment... pour les spectateurs !

 Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Après un court arrêt à "l'Iroquois National Wildlife Refuge" et une pause détente dans un magasin aux toilettes "hors normes", nous atteindrons quelques 130 kilomètres plus loin la ville américaine de Niagara Falls. Frontières franchies sans difficulté et trop d'attente, nous rejoindrons rapidement sa sœur homonyme canadienne où, vers 11h30, nous stationnerons nos motos dans un immense parking payant. Après quelques explications et précisions sur l'environnement du site, Jean-Pierre nous donnera quartier libre jusqu'à 16h30.
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir

Délaissant la tenue de motard pour celle de touriste, nous rejoindrons la promenade longeant au plus près la rivière Niagara et ses trois chutes. Nous serons tout de suite impressionnés par la gigantesque masse d'eau s'étendant à perte de vue et s'écoulant rapidement en direction de la chute dite du "Fer à Cheval" (Horseshoe Falls). Surnommée ainsi en raison de sa forme, elle s'étire sur 670 m de large et 54 m de haut. Belles mensurations, même si elle n'est pas la plus haute du monde (NDLR: Au Venezuela, El Salto Angel, avec 979 mètres de hauteur détient le record).
Arrivés à sa hauteur, nous serons cette fois-ci saisis par le magnifique spectacle offert par les 150 millions de litres d'eau/minute plongeant à la verticale pour rejoindre le cours plus calme de la rivière. Le tout dans un fracas assourdissant et au milieu d'un immense brouillard d'eau visible de très loin. Epoustouflant.
Poursuivant notre chemin, nous apercevrons face à nous, séparées de celle du "Fer à Cheval" par l'île de Goat, les deux chutes dites "américaines"(American Falls) dont l'une porte le nom de "voile de la mariée" (Bridal Veil Falls).
Bien que plus hautes (64 m), mais moins larges (323 m), elles se révèlent moins impressionnantes, la masse d'eau venant se briser à mi-hauteur sur un amas rocheux. Sacré spectacle tout de même.
Nota: En amont, des deux côtés de la frontière, l'eau de la rivière Niagara est déviée et utilisée pour produire de l’électricité. Le débit d'eau des célèbres chutes varie ainsi en fonction des besoins et, pour ne pas gâcher le spectacle, de la fréquentation touristique (!).

Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir                          Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
La file d'attente étant encore raisonnable, nous décidons de nous offrir, pour commencer, un "Voyage to the Falls" en bateau. Un vrai plaisir que nous ne bouderons pas. Revêtus d'un très fin et peu résistant "poncho" de couleur rouge - bleu côté américain - nous longerons tout d'abord les chutes américaines avant de nous diriger, à petite vitesse, vers la chute du Fer à Cheval.
Nous l'atteindrons à la toucher au milieu d'un brouillard d'eau et d'un fracas épouvantable. Le tout accompagné des cris et des rires des centaines de personnes de toutes nationalités partageant la même joie... ou la même peur. Au choix.
Il n'en demeure pas moins que, malgré nos habits et chaussures trempés, nous en garderons un très bon souvenir. Ah oui, un conseil : prévoyer plutôt (comme nous ) un appareil photo "waterproof" pour immortaliser cette expérience. Vous ne le regrettrez pas.
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir

Après avoir vu les chutes de très près, nous décidons de les voir de très haut. Pour ce faire, direction la tour Skylon qui, du haut de ses 160 mètres, va nous offrir de sa terrasse panoramique une vue à 360°. Magnifique. Sublime. Saisissant. Remarquable... Les adjectifs manquent pour décrire la vue qui nous est offerte sur l'ensemble des chutes et de son environnement. Un grand moment de bonheur partagé.

Cliquez pour agrandir                         Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir                                Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir

Mais il est temps pour nous de rejoindre le groupe pour prendre la route du retour. Etant dans les temps, nous serons cependant étonnés d'en apercevoir une grande partie roulant déjà vers la frontière. Au point de rendez-vous, nous apprendrons qu'ils ont souhaité rentrer de suite. Nous serons donc deux motos qui accompagneront Jean-Pierre et Anne sur le chemin du retour. Et quel retour, surtout pour ces derniers pour passer la frontière canadienne...

Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
En approche de la frontière, la circulation se fait de plus en plus dense provoquant une longue file d'attente en direction de la douane. La bonne humeur étant au rendez-vous malgré une chaleur difficilement supportable au milieu des véhicules souvent immobilisés moteurs tournants, nous en profiterons pour jouir une dernière fois du spectacle des chutes et nous immortaliser, à tour de rôle, sur la carte mémoire de nos appareils photo.
Mais, alors que nous sommes à l'arrêt au poste de contrôle où se trouvent Jean-Pierre et Anne, l'attente commence à se faire longue. A l'attitude du douanier et à son insistance à contrôler le contenu arrière du véhicule, nous comprenons que les choses n'ont pas l'air de se passer correctement pour eux. L'attente se prolongeant anormalement, nous en déduirons que le douanier se pose beaucoup de questions sur la présence d'une moto dans la camionnette de Jean-Pierre.
Juste déduction que nous confirmera ce dernier après notre regroupement sur le territoire américain. Il ajoutera avoir eu beaucoup de mal à convaincre le douanier qu'il ne transportait pas une moto volée au Canada. Il faut dire, sans prendre partie pour le douanier, que Jean-Pierre lui a produit un contrat de location moto au nom de JP, le mari absent d'Anne... actuellement assise à ses côtés ! Au grand soulagement de JP (notre guide), cet imbroglio se terminera après moult contrôles informatisés favorables.
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Enfin sur le chemin du retour, nous prendrons le temps de faire un arrêt au magasin "Smokin Joes" de Sanborn et de visiter le très beau musée attenant consacré à l'art Indien. Quelle belle journée nous venons de vivre, même si, à l'heure de rejoindre notre hôtel nous apprendrons que le restaurant situé à proximité est fermé le dimanche soir. Tans pis, nous nous vengerons sur des pizzas.
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir

Retour page 06      Retour sommaire      Suite page 08

Retour Accueil   Contact   Livre d'or

© Nibul 2015