Vigneux Moto Evasion
- L'Irlande -

- Du dimanche 29 avril au dimanche 13 mai 2007 -


- Page 01 -

- Cliquez sur la photo de votre choix pour l'agrandir -

Dimanche 29 avril 2007
Vigneux-sur-Seine/Cherbourg/Ferry Rosslaire - 26° /17°/ 20° - Pas de pluie

Cliquez pour agrandir Vigneux-sur-Seine 10h40. Nous sommes prêts à partir en direction du port de Cherbourg. Le plus difficile a été de faire un choix dans les choses à emporter... sans rien oublier. Par manque de place, les habits de pluie - indispensables ! - se retrouveront dans un sac polochon étanche attaché sur le top-case. Pas de GPS mais une bonne veille carte de l'Irlande et deux guides touristiques viennent compléter l'indispensable.
Le soleil présent nous permet de pique-niquer sur une aire de repos de l'autoroute A13. A hauteur de Caen cependant le ciel se couvre et la température commence à chuter pour atteindre 17° à Bayeux, nous obligeant à remettre les doublures à nos blousons.
Le soleil et quelques degrés de plus reviendront à notre arrivée à 15h30 à Cherbourg où le ferry pour Rosslaire - de la compagnie Irish Ferries - est à quai. Après un contrôle d'identité des policiers français, les formalités se poursuivent sans difficultés. Présentation papier de notre réservation par l'internet au guichet de la compagnie et hop... nous sommes à bord du Normandy.

Cliquez pour agrandir       
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Notre moto (BM 1200 RT) est immobilisée en cale par une sangle retenue par deux crochets ancrés au sol à hauteur de la béquille centrale. Le point de compression pour la moto se fait au niveau de la selle. Le système semble efficace et sans dégâts pour la bête. Nous le saurons demain matin !
Ponctuel, le ferry quittera le port à 16h00. A nous l'Irlande. Nous commencerons à bord par la dégustation de notre première bière Guinness avec un Irlandais parlant parfaitement notre langue (ce qui sera assez rare par la suite). Il nous mettra en garde contre les nombreux pickpockets sévissant sur les lieux touristiques. En parlant de langue, je commencerais par prendre - lors de notre repas - une bouteille d'eau aromatisée... à la framboise ! Catherine - mon interprêtre préférée - me demande de faire attention aux étiquettes ! J'ai promis. Nous boirons quand même la bouteille.
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Lundi 30 avril 2007
Rosslaire/Ennis - 14°/20° - Soleil une grande partie de la journée - Pas de pluie

Cliquez pour agrandirRéveil à 07h00 h (08h00 heure française). La nuit dans notre cabine - à lits superposés et commodités dans le couloir - s'est relativement bien passée malgré un léger tangage et le bruit de fond des machines. Le vent souffle, mais la mer calme et le soleil nous incitent à déambuler sur le pont promenade.
A 11h30 - heure prévue - le ferry accoste au port de Rosslaire. BM - qui n'a pas souffert du voyage - pose la première - et pour la première fois - ses roues en Irlande. En ce qui nous concernent, nous attendrons la première halte qui sera le point de contrôle pour y poser nos bottes... pour la première fois également. Le douanier - nous reconnaissant comme français ! - nous laissent passer sans vérifications.
La République d'Irlande - Eire en gaélique - (70282 km2 et 3 917 203 habitants) et l'Irlande du Nord - rattachée au Royaume-Uni (14 139 km2 et 1 605 267 habitants) - s'ouvrent à nous. Première adaptation : la conduite à gauche et rien qu'à gauche. Pour m'en souvenir - et ne pas faire de frontal désastreux - Catherine m'a confectionné un pense bête que j'ai collé sur le tableau de bord de BM.

Cliquez pour agrandir

Cliquez pour agrandir

Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Avec comme impératif de nous trouver vendredi soir au nord-ouest de l'Irlande du Nord à Limavady où nous sommes attendus, nous prenons la direction de l'ouest pour commencer la découverte de cette ile qui dispose d'un littoral de plus de 3000 kms et dont aucun point n'est à plus de 112 kms de la mer ! Notre premier arrêt se fera cependant à 12 kms au sud de New Ross pour visiter l'Arboretum dédié au président John Fitzgerald Kennedy dont l'arrière grand père Patrick est né à proximité. Après avoir goûté au calme et à la beauté de l'endroit, nous ferons un petit détour par Dunganstow pour une photo de la ferme natale de ce bisaïeul qui émigra en 1848 en Amérique en raison de la grande famine régnant sur l'île à cette époque .
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Les grands axes routiers étant peu nombreux, nous emprunterons les nationales pour continuer notre périple à destination d'Ennis. Limitées à 100 kms/heure elles seront souvent peu carossables et donneront l'impression de rouler sur de la tôle ondulée, m'obligeant constamment à adapter ma vitesse. Deuxième promesse de ma part : je ne critiquerais jamais plus notre DDE nationale. Si nous n'avons pas aperçu de radar fixe ou mobile, la signalisation au sol "slow" est omniprésente ainsi que des panneaux mobiles lumineux nous invitant - à l'entrée des villes limitées à 50 ou 60 kms/heure - à réduire notre vitesse.
Beaucoup de véhicules poids lourds circulent sur les nationales, mais l'ensemble des conducteurs irlandais - qui ne klaxonne pratiquemment jamais - se montre courtois envers les autres usagers et respectueux de leur code de la route ( nous constaterons ce bon comportement sur toutes les routes d'Irlande).
Notre première journée se terminera à Ennis où - n'ayant rien réservé et encore mal organisé - nous éprouverons quelques difficultés à trouver notre premier Bed and Breakfast. Il en sera de même pour le diner. Les Irlandais mangeant de bonne heure, les restaurants servent rarement après 20h00/21h00. Nous retiendrons la leçon. Nous trouverons malgré tout une pizzéria qui nous servira une "calzone" comme nous n'en n'avions encore jamais mangé nulle part ailleurs (même en Italie !). Très bonne, elle nous fera penser à une bouchée à la reine.
Nous remarquerons que les Irlandaises marchent très vite. Mais peut-être est-ce seulement à Ennis?
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir

Retour sommaire    Suite page 02

Retour Accueil -  Contact

© Nibul 2007