Vigneux Moto Evasion
- L'Ouest Américain
-

- Du lundi 09 juin au jeudi 26 juin 2014 -


- Page 01 -

- Cliquez sur la photo de votre choix pour l'agrandir -

- Lundi 09 juin 2014 -

- Vigneux-sur-Seine - Aéroport Roissy-Charles-de-Gaulle - Los Angeles (Etat de Californie) -

06h45. En ce lundi de Pentecôte orageux et pluvieux, la circulation est particulièrement fluide en direction de l'aéroport Roissy-Charles-de-Gaulle. C'est donc largement en avance que Jean-Charles (que nous remercions encore une fois) nous dépose avec nos deux valises au terminal 2G, notre vol pour Los Angeles étant prévu pour 10h30.
Les formalités d'enregistrement et de sécurité ne nous laisseront cependant que peu de temps pour flâner en salle d'embarquement, tout le monde s'étant, semble t'il, donné rendez-vous pour un vol vers Los Angeles. A la vue de l'avion, nous comprendrons mieux. En effet, nous allions voyager à bord d'un Airbus A380, avion à deux ponts capable d'embarquer plus de 500 passagers. Sans appréhension, dorlotés par le personnel navigant et "gavés" de films vidéo, nous apprécierons son silence et son confort... mais un peu moins le froid régnant à l'intérieur heureusement compensé par une couverture mise à disposition.

Cliquez pour agrandir       
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir 13h00. Aéroport international de Los Angeles. Etat de Californie. Quelques dix heures de vol plus tard et plus de 9000 km parcourus, nous foulons le sol américain. Enfin, pas tout à fait. Il nous reste en effet à passer devant un agent de contrôle de l'immigration et à montrer "botte blanche". Chose faite après... 01h30 passée dans une file d'attente labyrinthe, prise de photo sans lunettes de notre faciès et relevé d'empreintes digitales de nos deux pouces et index. Sans oublier bien sûr la présentation de nos passeports (scannés pour la circonstance), de notre autorisation ESTA, qui n'a pas semblé l'intéresser, et enfin de quelques questions de pure forme échangées en anglais avec Catherine sur les raisons et durée de notre séjour. Une fois "libérés" par l'officier et bagages récupérés, il nous restera encore à remettre le formulaire de déclaration de séjour au placide douanier de service. Rempli au préalable dans l'avion, ce formulaire rédigé en anglais mentionnera, sans rature pour être validé (!), identité, n° de passeport et premier lieu d'hébergement.
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandirComme convenu, Abel, notre guide pour les jours à venir est présent pour nous accueillir à la sortie de l'aéroport et nous accompagner à notre hôtel. Première surprise pour nous, la chambre est spacieuse et le lit trés trés grand semble confortable (et il le sera). Mais, malgré les 9 heures de décalage, il n'est pas encore l'heure de le tester car un briefing et un pot de bienvenue nous attendent.
Dans l'heure qui suit, après présentation des 11 couples du groupe venus de France et de Suisse, Abel va nous développer dans ses grandes lignes la grande aventure moto qui nous attend pendant 15 jours. Pour faire court, sans paternalisme, il nous demandera d'avoir toujours à l'esprit le mot sécurité car nous allons rouler souvent en groupe, d'être respectueux du code de la route américain et de prendre beaucoup de plaisir et ... de photos. Sans oublier de nous préciser que le périple que nous allons effectuer fera appel à toute notre expérience moto car il sera très physique en raison des kilomètres parcourus et des conditions climatiques souvent changeantes que nous allons rencontrer. Pour en terminer, il nous remettra un lanyards/tour de cou, un tee-shirt estampillé "West Forever" ainsi qu'un atlas de la région et un petit bloc note.
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
22h00. Nous sommes debout depuis plus de 24h00 lorsque nous rentrons de notre très longue balade à pied au bord du Pacifique. Nous venons en effet de nous rendre compte - deuxième surprise - que les rues de Los Angeles sont souvent rectilignes, longues et sans fin. Leçon à retenir.

Retour sommaire      Suite page 02

Retour Accueil   Contact   Livre d'or

© Nibul 2014