Vigneux Moto Evasion
- L'Ouest Américain
-

- Du lundi 09 juin au jeudi 26 juin 2014 -


- Page 05 -

- Cliquez sur la photo de votre choix pour l'agrandir -

- Vendredi 13 juin 2014 -

- Tusayan - Cameron - Tuba City - Kayenta (Etat de l'Arizona) -
342 km - Température maxi: 30°

Cliquez pour agrandirHier, à la nuit tombée, alors que nous rentrions du Grand Canyon, nous pensions avoir rêvé en apercevant, déambulant en pleine ville et sur le trottoir de droite, un cerf de bonne taille aux bois immenses ! Renseignements pris auprès d'Abel, il s'avère que ces apparitions sont fréquentes, la ville de Tusayan étant entourée de vastes étendues boisées comme nous pourrons le constater dans les heures qui suivent. Mais pour l'instant, l'heure est au survol du Grand Canyon en hélicoptère pour les uns et au chargement du pick-up pour les autres... dont nous faisons partie. En effet, le plancher des vaches étant notre terrain de jeux favori, nous n'avons pas souhaité nous offrir cette balade aérienne.
09h00. Tout le groupe est à nouveau réuni pour une deuxième visite du Grand Canyon... au ras du sol.
En nous arrêtant successivement à Grandview Point, Lipan Point et Navajo Point, nous découvrirons à ciel ouvert, le long de corniches à donner le vertige, les entrailles de la terre. Alors que la veille, le coucher du soleil nous offrait un ensemble agréable de couleurs variant de l'ocre à l'orangé, ce matin, en pleine lumière, nous sommes saisis par la démesure de ce gouffre et le côté inhospitalier qui semble s'en dégager. Il faut dire aussi que nous nous sentons tout petit petit face à cette immensité rocheuse faite, à perte de vue, de vallées, de failles et fissures nous offrant, par strates bien visibles, la mémoire de notre planète. Du grand spectacle.

Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Après quelques photos souvenirs dont celles de deux couples américains posant fièrement sur leur engin à trois roues, nous emprunterons la route 64 en direction de Cameron, pénétrant ainsi sur le territoire des Indiens Navajos, peuple amérindien le plus important des États-Unis.
Alors que nous en sommes à stationner les motos au grand complexe touristique dénommé Cameron Trading Post, où nous pique-niquerons, un vent chaud et violent se met à souffler soulevant avec lui sable et poussière. Connaisseur des lieux, Abel nous dirigera vers les jardins situés en contre-bas des constructions où nous pourrons déjeuner en toute tranquilité.
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Après avoir roulé sur des routes aux décors changeants, mais aux longues lignes droites souvent monotones, nous arriverons en milieu d'après-midi au "Kayenta Monument Valley Inn", notre hébergement pour la nuit à venir. Chambres attribuées et bagages déposés, nous reprendrons rapidement la route en direction du "Monument Valley Navajo Tribal Park" perché à 1700 m d'altitude sur le plateau du Colorado, à la frontière de l'Utah et de l'Arizona. Pendant les 35 km le reliant à Kayenta, nous subirons un fort vent latéral avec bourrasques de sable et projection de buissons roulés en boules appelés virevoltants ou tumbleweed (herbe qui tourne) en anglais. Particulièrement secs, ils se disloqueront au contact de notre moto sans présenter de danger pour la conduite.
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Sur place, nous troquerons pendant plus de deux heures nos motos pour un 4x4 aménagé balade. En effet, une visite commentée du site nous attend avec pour conducteurs et guides Kalendra et Jérôme. Brinquebalés à souhait sur des pistes de terre, ils nous feront découvrir avec passion une partie de cet immense parc géré et gardé depuis 1958 par les Indiens Navajos qui nomment l'endroit "Tsé Bii' Ndzisgaii" signifiant "La vallée des rocs". A juste titre, car il faut dire que des roches (en grés) , il y en beaucoup, beaucoup et de toutes les formes avec un dénominateur commun : leur belle couleur ocre. Provenant de l'oxyde de fer et de manganèse se trouvant à l'intérieur et façonnées par l'érosion depuis des millions d'années, certaines ont pris une forme caractéristique représentant - parfois avec beaucoup d'imagination - un animal, une personne ou un symbole de l'histoire Navajo qui en ont fait un territoire sacré.
Au fil de notre excursion, nous prendrons beaucoup de plaisir à découvrir de près de fabuleux paysages déjà entrevus... sur le petit ou grand écran, de nombreux cinéastes ayant assuré leur renommée en les utilisant en décor de leurs scènes extérieures. Un point de vue offrant un panorama grandiose est ainsi nommé John Ford Point, en hommage au célèbre réalisateur du film "La chevauchée Fantastique" sorti en 1939 et mettant en scène le légendaire John Wayne, figure emblématique des westerns américains. Plus près de nous, une partie de ce grand décor naturel servit également au cow-boy fumeur des publicités Marlboro, aux films Easy Rider, Albert à l'Ouest... et à la série de bandes dessinées Lucky Luke, cow-boy solitaire du Far West.
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir                    Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
De retour au motel, nous chercherons un mot ou une expression pouvant caractériser ce que nous venions de voir et contempler. Nous tomberons d'accord sur l'expression "surprenant de beauté". Mais à ce moment, nous ne savons pas encore combien, dans quelques jours, elle nous semblera dépassée.

Retour page 04      Retour sommaire      Suite page 06

Retour Accueil -  Contact - Livre d'or

© Nibul 2014